Justice ?

Aujourd’hui est jugé, par la justice suisse, le fait divers tragique survenu lors de la Street Parade 2007 à Zürich. Rappelez-vous, un jeune thaïlandais de 16 ans à l’époque avait poignardé un jeune de 18 ans venu défendre sa copine qui avait été importuné par cette personne. Il reçut un coup de couteau en plein coeur et est mort sur le coup.

« Au moment des faits, le Thaïlandais avait 16 ans. Il doit répondre entre autres de meurtre et de tentative de meurtre. Le jeune homme avait importuné une adolescente le 11 août 2006 durant la Street Parade. Son amoureux, un apprenti de 18 ans habitant Baden (AG), l´avait défendue. C´est pourquoi l´accusé a agressé ce dernier au couteau, le tuant sur le coup. » – Tribune de Genève

Ce qui surprend, c’est la peine maximal possible dans ce genre de cas. S’agissant d’un mineur au moment des faits, il ne peut être condamné que pour 4 ans au maximum. On se demande pourquoi il a fallut attendre 2 ans pour que le procès commence réellement : quel est l’intérêt d’appliquer une peine, prévu pour les mineurs, à une personne aujourd’hui adulte ?

La question de la criminalité pose toute sorte de problématique. L’une d’entre elle, peut être la plus virulente, concerne le traitement des mineurs délinquants. Si je peux concevoir qu’un enfant de 10 ans n’a rien à faire en prison en compagnie d’adulte, je ne peux, en revanche, en voir la raison pour un adolescent de 16 ans. Il me semble paradoxale qu’à cette age nous jouissons d’une majorité sexuelle pleine et entière (l’âge est d’ailleurs inférieur dans de nombreux autres Etats européens) mais que, a contrario, l’idée d’être infermé avec des adultes n’est pas tolérable. Pourtant il ne fait aucun doute qu’un jeune de 16 ans est pleinement capable de comprendre les actes qu’il fait et, dès lors, d’en assumer la pleine responsabilité. Sinon cela reviendrait à dire qu’il est capable d’avoir des relations sexuelles avec un adulte, en tout connaissance de cause, mais incapable d’assumer ses propres actes lorsqu’elle relève du domaine pénal.

On pourrait me reprocher de ne pas tenir compte de la politique de la justice des mineurs: celle-ci vise en effet, et à raison, à un réintégration des éléments perturbateurs dans la société. Néanmoins un tel principe ne peut pas se construire sur l’impunité ou l’absence de responsabilité. Il faut faire comprendre, c’est un minimum, que dans notre société, fortement individualiste, chacun est responsable de soit-même. On ne peut pas excuser le vol, le meurte ou tout acte répréhensible du simple fait de la situation sociale, de l’âge ou de la nationalité de l’individue. D’ailleurs, assumer ses actes ne peut qu’amener un jeune vers plus de maturité.

Publicités
Explore posts in the same categories: Politique

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :